Correction de manuscrits

Il arrive qu’une personne me contacte pour «bêta-lire» un roman, c’est-à-dire donner un avis sur un manuscrit qui nécessite des corrections aussi bien sur la forme que sur le fond, dans l’optique d’une soumission éditoriale.

 

J’ai commencé à pratiquer cette activité pour le plaisir il y a dix ans sur un forum d’écriture, puis j’ai travaillé comme lecteur-correcteur au sein d’une maison d’édition. L’expérience m’a tellement plu que j’ai obtenu une certification de niveau 3 délivrée par le Centre d'Écriture et de Communication.

 

Ce métier me passionne, car pour moi il n’y a rien de plus gratifiant que de voir un roman sur lequel j’ai travaillé être publié ! C’est ce qui s’est passé avec Sous la lumière d’Hélios, un livre de Science-Fiction, actuellement finaliste du prix Bob Morane du meilleur roman francophone 2021.

Comment fonctionne une correction de manuscrits ?

Généralement, l’autrice ou l’auteur me contacte par mail pour me poser des questions… Il faut en effet que le courant passe entre l’auteur et son bêta-lecteur, car tout repose sur une relation de confiance. Je demande les premières pages du roman (20.000 signes avec espace, ce qui correspond à environ 7 pages sous Word) et nous déterminons un jour pour une première visioconférence gratuite (Zoom, Facetime ou Skype).

Lors de ce premier entretien gratuit, pendant une heure je donne un retour à la fois sur la forme (les fautes d'orthographe, le style, la ponctuation, la concordance des temps, le rythme, les descriptions, les répétitions, l'excès d'adverbes, les tournures un peu lourdes, les dialogues pas assez naturels…) et le fond (les incohérences, les problèmes de point de vue, la psychologie des personnages, l’immersion, le suspens, le liant, les clichés...).

Je remets ensuite à l’auteur un fichier PDF dans lequel il retrouve la synthèse de mes commentaires, ainsi que les corrections en suivi de modifications de son fichier Word.

 

Si la personne est satisfaite, la semaine suivante, je bêta-lis 20.000 signes supplémentaires.

Il faut compter alors 49 euros pour une séance d’une heure, sans engagement.

Ordinateur portable Taper sur lit
Écrire sur un cahier

Pourquoi proposer des séances à 49 euros et non pas un forfait comprenant la bêta-lecture intégrale de mon roman ? 

Bêta-lire un roman en entier est une activité intense, tant pour l’auteur que pour le bêta-lecteur ! 

Pour un auteur, le fait de savoir qu’il peut arrêter cette collaboration à tout moment, parce qu’il n’en a plus l’envie ou l’énergie, est rassurant.

De plus, ce tarif permet de rendre accessible au plus grand nombre la bêta-lecture d’un livre.

Prendre des notes

Pourquoi ne pas me proposer un forfait à tarif réduit alors que de toute façon je compte vous faire bêta-lire l’intégralité de mon roman ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que mon tarif est déjà très avantageux : bêta-lire l’extrait d’un roman peut me prendre énormément de temps. Toutefois, si un auteur m’annonce qu’il me confie la bêta-lecture intégrale de son roman, je lui propose gratuitement trois services.

  • Je m’engage à lui fournir l’accès aux ressources de mon atelier d’écriture au fil de ses besoins, des techniques narratives au format PDF. Exemples de thèmes : écrire un bon personnage, gérer l’émotion, bâtir un univers, écrire de bons dialogues, amener du suspens, gérer les descriptions, etc.

  • Lorsque j’ai terminé de bêta-lire un roman en intégralité, je propose une « alpha-lecture » gratuite : je relis la version corrigée du manuscrit et donne une synthèse de plusieurs pages sur ce que j’ai apprécié dans cette nouvelle version, et ce qui reste (selon moi) à améliorer.

  • Si l’auteur me le demande, je délivre aussi des conseils sur le choix de la maison d’édition, les soumissions éditoriales, les subtilités d’un contrat d’édition, les pièges à éviter…

Homme au bureau

Pourquoi ne pas proposer des bêta-lectures de plus de 20.000 signes ?

On me pose souvent cette question, mais il faut savoir que plus l’extrait est long, plus la bêta-lecture prend du temps et de l’énergie.

C’est le même constat pour l’auteur, si ce dernier reçoit une trop longue bêta-lecture… il risque d’être perdu !

Pour le dire autrement, plus l’extrait est volumineux, plus le travail risque d’être superficiel : difficile de donner un avis pertinent sur le fond de l’intrigue si je consacre de nombreuses heures à corriger les fautes d’orthographe, les maladresses et autres répétitions…

C’est pour cette raison que la limite des 20.000 signes est un excellent compromis, tant pour l’auteur que pour le bêta-lecteur.

Je tiens à signaler qu’il arrive qu’un auteur souhaite (ponctuellement) m’envoyer un chapitre dépassant les 20.000 signes parce qu’il veut absolument avoir mon avis sur une séquence… bien entendu, j’accepte !

Suis-je obligé de vous écouter ?

Bien sûr que non ! L’auteur est seul maître à bord.

Mes corrections sont effectuées en suivi de modifications dans le fichier Word de l’auteur, qui reste bien évidemment propriétaire de son texte, à lui de valider ou de refuser les modifications. À chaque session, il reçoit également une synthèse sur la forme et le fond.

Il s’agit d’une collaboration, et non d’un rapport de force ou d’un « cours d’écriture ».

Voici la charte éthique du bêta-lecteur qui explique ma méthode.

Une femme assise dans un café et écrit

Si je fais appel à vos services, serai-je automatiquement publié ?

Hélas, non. Faire bêta-lire un roman en intégralité ne garantit pas sa publication… ou qu’il devienne un best-seller !

Ceci dit, une bêta-lecture intégrale augmente significativement les chances d’être publié(e), pour de nombreuses raisons.

⁃                Vous obtenez un manuscrit «propre», écrit dans un français soutenu.

⁃                Vous apprenez à respecter une mise en page professionnelle (d’ailleurs, saviez-vous que pour les dialogues, on utilise des tirets au format cadratin ?).

⁃                Votre intrigue est débarrassée d’éventuelles incohérences.

⁃                Vous recevez des retours objectifs sur des questions cruciales :  peut-on s’identifier à mes personnages ? Est-ce que mon lecteur ressent de l’émotion ? Mon intrigue est-elle ennuyeuse ? Mes dialogues sont-ils crédibles ? Autant de réponses que ne peuvent pas forcément fournir votre famille ou vos amis. 

⁃                Vous travaillez avec une personne bienveillante qui a été publiée, et qui est là pour vous encourager et vous conseiller si la structure de votre récit est problématique… Il y a toujours des solutions !

 

En d’autres termes, votre roman sera bien plus abouti que la plupart des manuscrits soumis aux éditeurs.

Écrire au bord de l'eau
Horloge Gears

Combien de temps faut-il pour bêta-lire un roman ?

Tout dépend de la taille. 

Pour avoir une estimation, il vous suffit de regarder l’information intitulée « Caractères (espace compris) » dans votre traitement de texte.

Sous Word, voici la méthode pour obtenir le nombre de signes de votre manuscrit.

capture_word.png

À raison d’une session par semaine de 20.000 signes, il faut environ quatre mois pour bêta-lire un petit roman de 300.000 signes, et six mois pour un «pavé», un livre épais de 500.000 signes.

Corrigez-vous tous les genres de romans ?

Je bêta-lis quasiment toutes les littératures : la littérature blanche (généraliste, psychologique), le roman historique, la Fantasy, la Science-Fiction, le Fantastique, la littérature noire (polar), la romance, le conte… 

Seules exceptions, la littérature que je qualifie de « gore » (violence gratuite, sadisme, viol…) et la poésie. Je ne bêta-lis pas de littérature « extrême » parce que… je suis une petite nature.

En ce qui concerne la poésie, je l’apprécie beaucoup, mais j’estime ne pas avoir les compétences nécessaires pour livrer un avis pertinent autre que « c’est très joli ».

Mon manuscrit sera-t-il meilleur ?

Oui, et pour une raison très simple : le but de ce processus n’est pas de faire plaisir au bêta-lecteur, ou de formater un roman, mais de s’assurer que l’auteur prenne du plaisir à améliorer son histoire.

À la fin d’une bêta-lecture, l’auteur apprend à être plus autonome, tandis que son premier jet gagne en qualité.

Lorsqu’il écrira son prochain roman, il commettra moins d’erreurs de « débutant ».

 

Au final, la bêta-lecture intégrale d’un roman est aussi une belle aventure humaine qui permet de mieux se connaître en tant qu’auteur.

L’avis de Dominique Lémuri (Sous la lumière d’Hélios, finaliste du prix Bob Morane du meilleur roman francophone 2021)

“Jean-Sébastien a abordé mon travail avec beaucoup de bienveillance, tout en gardant dessus un regard critique : les deux approches combinées m'ont mise en confiance et m'ont aidée à prendre du recul sur mon texte. J'ai pu ainsi étudier et intégrer ses remarques en les acceptant, en les faisant miennes. Aujourd'hui mon roman est publié, j'en suis fière, et c'est en partie grâce au retour de lecture de Jean-Sébastien, que je remercie !”